Actualités

Rencontres Régionales de l'éducation à l'environnement

GRAINE Centre organise les rencontres Régionales de l'éducation à l'environnement :"Éduquer aux alternatives du quotidien". 

Les citoyen·ne·s sont de plus en plus nombreux à souhaiter réduire leur empreinte écologique par le changement de leurs pratiques. Les éducateur·rice·s à l'environnement œuvrent à une meilleure compréhension du monde et du lien entre tous les éléments de notre environnement, pour que chacun·e puisse être plus conscient·e des conséquences de leurs choix et actions. En plus d’apporter des connaissances, il s’agit de faire évoluer les consciences afin que chaque citoyen·ne puisse agir à sa manière et en connaissance de cause.

Lire la suite...

Formation : Acquérir les bases informatiques nécessaires dans mes missions quotidiennes d'administrateur.trice

Objectifs

Être capable d'optimiser l'utilisation de l'informatique dans ses missions quotidiennes

Public et Pré-requis

Toute personne utilisant son ordinateur régulièrement en lien avec son activité associative.

Planning 2019 et lieu de formation

Dates : 19 décembre de 9h30 à 17h30

Lire la suite...

Festival d'Alternatives Alimentaires

Le Festival d'Alternatives alimentaires revient cette année avec pour thème : Le Climat et la Biodiversité, des agricultures en transition et des alternatives à la grande distribution. Il se déroulera le 20 novembre à Orléans salle Eiffel. Pour cette édition, les FAA s'appuient sur « Contre champs. Les paysans reprennent la main », livre coécrit par le reporter photographe Cyril Chigot et la journaliste Alice Enaudeau. A travers ce livre, ce sont onze portraits de paysannes et paysans engagé·e·s dans une démarche d’agriculture biologique et paysanne, où un autre modèle économique viable se met en place. 

Lire la suite...

Formation : Obligations et droits en tant qu'employeur associatif

Objectifs

Accompagner l'association employeur ou susceptible de l'être

Appréhender le rôle et la fonction de l'employeur associatif

Fournir aux participants les bases juridiques et outils nécessaires à la fonction employeur

 Public et Pré-requis

Admnistrateurs.trice des associations membres ou partenaires du réseau InPACT Centre employant des salarié.es ou souhaitant en employer.

 Date et lieu de formation

Dates : 5 décembre de 9h30 à 17h30

Lieu central (Entre Blois et Romorantin)

Lire la suite...

La fête paysanne du Cher fût un succès !

Ce n'est ni la pluie, ni les rafales de vent qui ont empêché la fête de l'agriculture paysanne du Cher d'être un succès.
C'est plus de 600 personnes qui ont été accueillies tout au long de la journée, 160 repas servis, une vingtaine de producteurs derrière un stand commun ou non et autant d'associations et d'artisans du département du Cher mais pas que !
Wilfried a embarqué avec lui de nombreux intéressés pour la balade nature qui ouvrait la journée. Les 2 visites de ferme étaient aussi très attendues.
La conférence "bien vivre sur une petite ferme" a fortement attiré l'attention d'une cinquantaine de personne dans l'après midi.
Sans oublier la déambulation des brank's, dernier ingrédient pour rendre parfaite cette journée !

32

L'ADEAR 45 et la Confédération paysanne du Loiret recrutent !

L'ADEAR 45 et la Confédération Paysanne du Loiret recherchent leur animateur·trice "Développement et Syndical"

 

Offre en téléchargement ci-dessous :

 

Merci d'envoyer lettre de motivation et CV par courriel uniquement à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. avant le vendredi 15 novembre 2019.

Retour en images sur la fête de l'agriculture paysanne du Loiret

La fête de l'agriculture paysanne, organisée par la Confédération paysanne du Loiret et l'ADEAR 45, c'était le samedi 5 octobre dernier !

12a78c33b2dd220b7331367b56d941a7111885fa07a2bd21f1c1404667f95224

Marie-Agnès Fouchez nous a accueilli sur sa ferme à Mareau-aux-bois.

Merci à elle pour son accueil !

 8

La fête a été une réussite, et cela n'aurait pas été possible sans les nombreux bénévoles présents qui se sont relayés pour installer les tables, faire la cuisine, servir les repas, tenir la buvette...

Alors un grand merci à VOUS !

 11

De nombreux stands étaient présents au village associatif, merci pour votre participation !

 9

14

e86c9749546fa21500248a219e3e03dfe56aca8374e5cf541060b875b02d20c3

Deux visites de la ferme ont été menées, présentant les cultures sur la ferme et le matériel utilisé (arracheuse à betterave et effeuilleuse)

 6

Et les champs de betteraves et luzerne

 16

 10

15

L'agriculture paysanne a été mise à l'honneur grâce à la présentation des "diagnostics agriculture paysanne" menés dans le Loiret, ainsi que l'exposition "Contre Champs" faisant le portrait de plusieurs paysans de la région Centre, réalisée par l'association Six Pieds sur terre (http://www.six-pieds-sur-terre-reportages.fr)

 2

La fête est même parue au Journal Télévisé de 19/20h le soir même, grâce à la présence de Pierre Bouchenot et Juliette Rocher de France3.

13

Les interviews sont visibles sur ce lien (sélectionner le JT du 05/10 dans les vidéos en défilement en bas).

Un temps d'échange sur la question "Comment maintenir et développer des activités en milieu rural ?" a eu lieu, avec des témoignages de Sylvie Karquet, maraîchère, Marie-Agnès Fouchez, paysanne accueillant la fête, et Timothé Huck, responsable du jardin d'insertion de la Voie Romaine.

Ont été relevés les leviers d'actions possibles des paysans, des élus, des citoyens, des associations pour développer les activités sur les territoires ruraux. Ca donne des perspectives !

La présence d'un caricaturiste nous a permis d'immortaliser quelques phrases clés de ce débat, sous une tonalité souriante.

 18

La fête s'est bien sûr prolongée dans la soirée :
un repas paysan a été servi à environ 90 personnes, et s'en est suivi le concert de la "P'tite Boutique" : un beau duo d'accordéon mélé au chant, guitare, banjo ou percussions, où les danseurs ont pu inaugurer la piste de danse !

 1

Encore merci à tous, cela n'aurait pas été possible sans votre participation et votre aide.


Rendez-vous l'année prochaine dans une autre ferme du Loiret !

 

Un coup de pouce pour une reprise de ferme (la Guilbardière), en investissant dans des parts du groupement foncier agricole !

Voici ci-dessous un article écrit par Catherine SIMON (journaliste, responsable de la rédaction de Loir-et-Cher) récapitulant le projet. Accompagnés et soutenus par le réseau des ADEAR . Merci d'avance pour votre soutien et le relai de l'information !

 

ARTICLE DE LA NR / Publié le 07/10/2019 à 04:55 | Mis à jour le 07/10/2019 à 15:04

 

Loir-et-Cher : ferme paysanne bio cherche sociétaires militants

 5d9a8ea5210fa9c32d8b471e© Photo NR

Les cinq jeunes repreneurs de la ferme de la Guilbardière à Monthou- sur-Bièvre proposent aux citoyens motivés de devenir leurs propriétaires.

Être copropriétaire d’une ferme bio, qui produit du lait et du fromage frais de vache, des pâtes à partir de son blé de variété ancienne, des plantes aromatiques, ça vous tente ? D’ici quelques jours, il sera possible, moyennant une participation minimale de 100 €, de devenir sociétaire de la ferme de la Guilbardière, à Monthou-sur-Bièvre. Mathieu Liaigre, Bertrand Monier, Emily Destaerke-Fontaine, Mélanie Bournez et Melaine Travert, les cinq jeunes trentenaires qui reprendront au 1er février 2020 l’activité créée par Anne Martin et Gilles Guellier, ont en effet décidé de susciter la création d’un groupement foncier agricole (GFA), l’équivalent d’une société civile immobilière, ouvert à tous, pour acheter les bâtiments de la ferme.

« Il y a deux idées dans ce groupement foncier agricole, explique Emily, soulager notre niveau d’investissement en nous permettant de nous concentrer sur les moyens de production, et sécuriser l’avenir de la Guilbardière en garantissant le respect de nos valeurs communes. » L’achat collectif des bâtiments – et plus tard si l’occasion s’en présente, de terres – permettra en effet plus facilement aux associés de rentrer et sortir, tout en préservant l’intégrité de la ferme, et en évitant qu’elle soit rachetée pour d’autres projets que celui d’une agriculture bio et paysanne que les cinq jeunes repreneurs entendent pérenniser.

« Ce GFA ne sera pas un placement financier, car il n’y aura pas de rémunération des porteurs de parts sociales, souligne Mathieu, c’est plutôt un acte citoyen. Au-delà de l’investissement financier, l’apport de compétences pour la partie administrative et la gestion locative sera aussi le bienvenu ! »
Premier pallier à 120.000 € Le premier pallier à atteindre a été fixé à 120.000 € pour pouvoir acquérir le premier bâtiment, la salle d’accueil pédagogique. Puis, en fonction de la somme collectée par le GFA, seront rachetés le bâtiment d’élevage, la fromagerie, le vieux bâtiment et le bureau, pour un total d’investissement de 402.000 €.

« Nous avons fixé le montant de la part sociale à 100 € pour permettre au plus grand nombre de s’investir, précise Emily, et la limite à 20 % des parts. Chaque sociétaire s’engagera à respecter les statuts et la charte du GFA garantissant la poursuite d’un système d’agriculture bio et paysan. » Cette semaine, un document résumant la démarche avec un bon de souscription commencera à être diffusé, notamment auprès des adhérents des Amap où la Guilbardière commercialise ses produits. « Il y a déjà beaucoup de gens prêts à nous soutenir » se réjouit Mathieu. Reste à transformer cet enthousiasme en parts sociales sonnantes et trébuchantes, d’ici le 15 novembre, pour faire lever la graine du GFA dès le 1er janvier prochain !

Informations et formulaire de souscription sur le site Internet : https://la-guilbardiere.jimdosite.com/ Réunion d’information à la ferme le 4 novembre à 20 h.